• Les batraciens de la foret de Fontainebleau

    Avec 13 espèces de batraciens, la forêt de Fontainebleau est un site d’une richesse herpétologique exceptionnelle, 81 % des espèces de batraciens d’Ile de France sont présents en forêt de Fontainebleau.

     

    La forêt de Fontainebleau constitue un carrefour biogéographique :

     

    Le climat de la forêt de Fontainebleau appartient au climat régional de l’Ile-de-france, teinté d’influences continentales ou sub-montagnardes, ou parfois méditerranéennes et atlantiques.

     

    La grande diversité des milieux, associé à ces particularités climatologiques, permet la présence d’espèces de reptiles et d’amphibiens aux exigences écologiques très différentes.

     

    Plusieurs espèces très rares n’ont qu’une seule localisation en forêt de Fontainebleau.

     

    En forêt de Fontainebleau, l’alyte accoucheur (Alytes obstetricans), le pélodyte ponctué (Pelodytes punctatus) et le crapauds des joncs (Bufo calamita) sont présent uniquement dans un seul site de la forêt, car ces espèces ont besoin de mare située près de milieux ouverts.

    Une autre espèce la rainette verte (Hyla arborera) n’est présente actuellement que dans une seule mare de la forêt, alors que plusieurs observateurs ont remarqué qu’elle était plus répandue il y a une cinquantaine d’années. Les raisons de cette régression ne sont pas connues.        

     

    Deux espèces ont disparues : la salamandre (Salamandra salamandra) et le sonneur à ventre à ventre jaune (Bombina variegata) la présence même ancienne de la salamandre est douteuse car le massif est trop sec, le sonneur a disparu suite aux prélèvements inconsidérés faits par des personnes peu scrupuleuses.

     

     

     

    L’évolution des populations est étudiée (Lustrat P. 1995 Reptiles et batraciens de la forêt de Fontainebleau.Rapport d’étude pour l’Office National des Forêts)

    -         10 espèces dont le statut est resté stable.

    -         2 espèces dont l’évolution du statut est inconnue : l’alyte accoucheur et le Pélodyte ponctué.

    -         1 espèces en régression: la rainette arboricole.

    -         2 espèces disparues : la salamandre et le sonneur à ventre.

     

    Espèces

    Statut

    Evolution

    Causes

    Salamandre

    D

    î

    présence ancienne douteuse

    Triton ponctué

    AC

    =

     

    Triton palmé

    C

    =

     

    Triton crêté

    R

    =

    prélèvements

    Triton marbré

    AC

    =

    prélèvements

    Alyte

    R

    ?

    manque de biotopes

    Sonneur

    D

    î

    Prélèvements.

    Pélodyte

    E

    ?

    manque de biotopes

    Crapaud commun

    C

    =

     

    Crapaud des joncs

    R

    =

    manque de biotope

    Rainette

    E

    î

    prélèvements

    Grenouille verte

    C

    =

     

    Grenouille rieuse

    AC

    =

     

    Grenouille rousse

    AC

    =

     

    Grenouille agile

    C

    =

     

     

             Légende :  E : exceptionnel

                                 R : rare

                              AC : assez commun

                                C : commun

                               D : disparue

                             = : stable

                            ì : en progression

                            î : en régression

                              ? : inconnu    

     

     

    LA SALAMANDRE TERRESTRE (Salamandra salamandra)

     

             Nocturne et crépusculaire, cette espèce fréquente les milieux au sous-sol humide. Bien que citée régulièrement dans les publications locales, la salamandre terrestre n’a jamais été observée en forêt de Fontainebleau !

             On ne sait pas si cette espèce a existée à Fontainebleau, puis a disparue ; Il est plus probable que la zone étudiée soit trop sèche pour cette espèce.

             Des efforts de prospections particulièrement poussées ces dernières années ont confirmé cette absence.

     

     

    LE TRITON PONCTUE (Triturus vulgaris)

     

             Ce triton est une espèce qui affectionne les terrains cultivés, semi-ouverts et non boisés. Il montre une préférence pour les mares peu profondes, ensoleillées et à végétation abondante .

             Le triton ponctué est assez rare en forêt de Fontainebleau, puisqu’il n’a été trouvé que dans 10 mares.Ce triton semble partout en raréfaction : une des causes importantes semble être la pollution des milieux d’origine chimique ou organique.

     

     

     

    LE TRITON PALME (Triturus helveticus)

     

             Ce triton se reproduit dans tous les types de milieux aquatiques.

             Le triton palmé semble davantage adapté à un environnement forestier que le triton palmé. Il est très commun à Fontainebleau, puisqu’on le trouve dans toutes les mares de la forêt.

     

     Articles


    LE TRITON CRETE (Triturus cristatus)

     

             Ce triton habite de préférence les milieux ouverts, et donc ne trouve pas beaucoup de biotopes correspondant à ses besoins en forêt.

             On ne le trouve que dans le nord de la forêt de Fontainebleau, dans 2 secteurs humides.Le triton crêté entre en compétition avec le triton.

             L’assèchement des milieux humides est une des causes les plus importantes de la régression de cette espèce.

     

     

    LE TRITON MARBRE (Triturus marmoratus)

     

             Ce triton vit dans les bois, landes à bruyères, tourbières. La forêt de Fontainebleau constitue sa limite nord-est de répartition.

             Il est assez commun dans la zone étudiée où on le trouve surtout dans les mares de platières.

             En France, les pratiques agricoles et les modifications de milieux constituent une menace pour cette espèce.

     

    Articles 

     

    L’ALYTE ACCOUCHEUR (Alytes obstetricans)

     

             L’alyte vit dans les milieux ouverts près des points d’eau. C’est pour cela qu’on ne le trouve qu’en un seul endroit en forêt de Fontainebleau.

             En dehors de la forêt domaniale, il n’est présent qu’en lisière  dans les talus près des mares, ou dans les jardins de la ville d’Avon.

             Une des causes de raréfaction de l’alyte est la disparition des sites favorables à la reproduction, en particulier les mares situées en milieux ouverts (anciennes carrières).

     

     

    LE SONNEUR A VENTRE JAUNE (Bombina variegata)

     

             Cette espèce est liée aux milieux aquatiques situés en forêt ou au moins à proximité d’un couvert végétal. Le sonneur à ventre jaune n’a jamais été observé en forêt de Fontainebleau.

             Cependant 37 individus prélevé dans les canches de Recloses ont été introduit en 1925 dans la mare du parc aux boeufs. Ces individus n’ont pas survécu.

             Le sonneur est l’hôte habituel des ornières situées en forêt et il est probable qu’il ait vécu à Fontainebleau.

             Le principal ennemi de cet amphibien et de ses têtards reste l’homme qui draine les fossés forestiers et pratique le débardage du bois pendant la période de reproduction.

     

     

     

     

    LE PELODYTE PONCTUE (Pelodytes punctatus)

     

             Cette espèce vit dans le sable, la terre et sous les pierres au voisinage de l’eau,  dans les milieux ouverts.

             En forêt de Fontainebleau, il n’est connu que dans une seule station.

             Il existe aussi une petite population de pélodyte ponctué dans d’anciennes gravières au sud de la forêt.

     

     

    LE CRAPAUD COMMUN (Bufo bufo)

     

             Cette espèce est commune et se reproduit dans plusieurs plans d’eau de la forêt de Fontainebleau, parfois en nombre important.

             Notons la présence d’une population d’environ 4000 crapauds quittant le sud de la forêt tous les ans au printemps pour aller pondre dans les étangs de Sorques. Ces amphibiens doivent traverser une route pour rejoindre leur site de ponte, et 2500 individus périssaient ainsi tous les ans, écrasés par les voitures.

             Depuis plusieurs années, nous avons mis en place 4 crapauducs dans le sud de la foret de Fontainebleau, que nous suivons depuis l'année 1995.

     

    Articles 

    LE CRAPAUD DES JONCS (Bufo calamita)

     

             Cette espèce fréquente les milieux sablonneux, les gravières, c’est une espèce pionnière qui préfère les zones peu profondes et où la végétation est peu dense.

             Le crapaud des joncs est rare en forêt de Fontainebleau car il ne dispose pas de milieux favorables.

             Une population existe dans la plaine de Chanfroy, menacée par l’assèchement des mares, et par l’envahissement du milieu par les pins.

              Heureusement, la remise en eau des mares par l’Office National des Forêts, et l’arrachage des pins lors d’un chantier de protecteurs de la Nature  a permit à cette espèce de continuer  à vivre dans le seul site où elle est présente à Fontainebleau.

             Une autre population existe au sud de la forêt.

             Le crapaud des joncs est en régression à cause de la disparition de ses biotopes de reproduction.

     

     Articles

     

    LA RAINETTE VERTE (Hyla arborea)

     

             Cette espèce fréquente les eaux stagnantes de faible superficie.

             La présence de buisson de saules est importante pour servir de refuge aux adultes.

             Cette espèce était commune il y a une cinquantaine d’années.

             Actuellement, elle n’est présente que dans une seule mare.

             Les prélèvements dans la Nature constituent une menace sérieuse pour cette espèce.

     

      

    LA GRENOUILLE VERTE ET LA GRENOUILLE DE LESSONA (Rana esculenta - Rana lessonae)

     

             La grenouille verte (Pelophylax esculenta) est considérée comme un hybride naturel de la grenouille rieuse ( Pelophylax ridibunda) et de la grenouille de Lessonae (Pelophylax lessonae).

             Ces deux espèces peuvent être séparées de façon fiable uniquement grâce à des contrôles biochimiques.

             Elles sont toutes les deux inféodés à tous les milieux aquatiques ensoleillés.

             Ces deux grenouilles sont présentes dans de nombreuses mares de la forêt, mais souffrent de la sécheresse qui assèche des mares certaines années, ainsi que des prélèvements.

     

     Articles 

     

    LA GRENOUILLE RIEUSE (Pelophylax ridibunda)

     

             Cette espèce a une vie strictement aquatique, et souffre encore plus que les deux espèces précédentes, de la sécheresse.

             La grenouille rieuse est moins commune que les deux espèces précédentes en forêt de Fontainebleau.

     

     

     

     

    LA GRENOUILLE AGILE (Rana dalmatina)

     

             C’est une espèce typiquement forestière.

             En forêt de Fontainebleau, elle est commune.

             La grenouille agile pond ses oeufs dans les mares, les fossés, ou dans les ornières des chemins.

             Pour maintenir cette espèce, il faut éviter de drainer les fossés forestiers, ainsi que de débarder du bois lorsque les têtards sont encore dans les ornières des chemins.

    Articles
     

    LA GRENOUILLE ROUSSE (Rana temporaria)

     

             Cette espèce vit dans les milieux forestiers ou dans les prairies.

             En forêt de Fontainebleau, la grenouille rousse est moins commune que la grenouille agile.

     


  • Commentaires

    1
    Lundi 6 Septembre 2010 à 05:04

    I visit this blog so many time,because every time something new,and I read all article your blog, very interesting.

    2
    Samedi 24 Avril à 14:28
    Academic Writing Ser

    Am so delighted i came across this, maib you also wont mind reading about Nursing Assignment Writing Services Don't forget to share your opinion

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :